Rhumatisme des parties molles et Fibromyalgie

Voici un document PDF qui en parle :

Rhumatisme des parties molles et Fibromyalgie

Syndrome

 

Lors de conférences données en 2010, 2011 et 2012 dans l'ensemble de la Suisse romande et à Berne, le Dr Jean-Jacques Volken (spécialiste FMH en médecine interne et rhumatologie, médecine manuelle SAMM, traitement de la douleur SSIPM), explique le syndrome de la fibromyalgie comme suit :

A) INTRODUCTION

Histoire :

1904 Sir William Gowers parle de fibrositis, il pensait à l’inflammation du tissu conjonctif.
1975 Moldovsky décrit des troubles du sommeil profond chez les patients fibromyalgiques.
1990 Wolfe décrit les critères de classification de la fibromyalgie (tender-points).
1992 Définition de l’OMS (= Organisation Mondiale de la Santé), code M79.0.

Il y a la fibromyalgie primaire, (environ 80 % des cas) ainsi que la fibromyalgie secondaire qui survient à la suite de certaines maladies (polyarthrite rhumatoïde, arthrose, syndrome d’hypermobilité…). Un certain nombre de cas de fibromyalgie est déclenché par un accident grave.

Lire la suite : Syndrome

Vivre avec la fibromyalgie

 

Il convient de s'adapter en conséquence, en modifiant son mode de vie, en combinant les périodes de repos et d'activité.

Réorganiser sa vie afin de diminuer au maximum le STRESS.

La chaleur, les bains, la réduction du stress, la relaxation, peuvent soulager le mal. Il est important de réentraîner les muscles progressivement à l'effort.

Un soutien psychologique et/ou les thérapies douces telles que l'acupuncture, l'eutonie, le yoga etc. permettent d'atténuer les douleurs et la fatigue.

L'entourage est d'une grande aide par son attitude de compréhension, de tolérance et surtout d'écoute. Il est donc important qu'il soit informé également.

La personne touchée par ce syndrome doit participer activement à son propre traitement avec l'aide des médecins et des autres thérapeutes.

Une personne comprise et positive retrouvera plus rapidement une certaine qualité de vie.

 

 

 

Thérapies

 

Le traitement de la fibromyalgie vise à réduire la douleur et à améliorer le sommeil. Ce sont les symptômes qui sont traités, plutôt que l'affection. Il semble que la meilleures voie soit une association de plusieurs techniques (médicaments, activité sportive, thérapie parallèle et psychique).

En ce qui concerne les médicaments, les antalgiques et les anti-inflammatoires ne sont malheureusement que peu efficaces.

Ce sont les antidépresseurs tricycliques qui sont le plus souvent prescrits, en doses beaucoup plus faibles que lors d'un traitement de la dépression. Dans certains cas, ces médicaments atténuent la douleur et améliorent le sommeil. Dans d'autres cas, ils semblent sans effet bénéfique.

Les recherches se poursuivent activement sur différents plans pour trouver des médicaments efficaces.

La thérapie cognitivo-comportementale, associée à la méditation de pleine conscience (MBSR) a prouvé scientifiquement son potentiel de réduction de la douleur et autres effets bénéfiques sur les systèmes corporels.

Les médecines parallèles se sont penchées sur le problème et ont obtenu des résultats parfois très appréciables grâce à des méthodes psycho-corporelles : méthode de libération de cuirasses MLC (anti-gymnastique), sophrologie, médecines chinoises (acupuncture), tai-chi, chi-gong, utilisation des fleurs de Bach, huiles essentielles, luminothérapie, musicothérapie, art-thérapie, etc.

Cependant, mieux vaut toujours consulter son médecin avant d'entreprendre de telles démarches, et celles-ci ne dispensent en rien le recours à la médecine classique.


 

 

Causes

 

Le syndrome de la fibromyalgie est souvent déclenché par une expérience traumatique (un choc physique ou émotionnel), une chute, un accident, une infection, une intervention chirurgicale, un accouchement, mais parfois il se manifeste sans cause apparente.

La cause réelle du SFM (syndrôme fibromyalgique) n'a pas encore pu être déterminée. Les recherches de ces dernières années ont mis en évidence que les personnes atteintes sont en général privées de sommeil réparateur profond. Il faudrait donc découvrir la source de ce trouble et encourager le développement de techniques thérapeutiques plus efficaces et mieux adaptées.

Les recherches se portent actuellement sur les signes "objectifs" découverts :

  • un débit sanguin irrégulier dans certaines parties du cerveau,
  • un dérèglement de production de cortisol,
  • un type particulier d'hypotension artérielle,
  • des perturbations du métabolisme ou de la circulation musculaire
  • des niveaux anormaux de certains médiateurs chimiques appelés neurotransmetteurs.

 

 

Symptômes

 

Systèmes concomitants à la fibromyalgie
Tirés du livre "La Fibromyalgie - Bien la connaître pour mieux surmonter la douleur, la fatigue chronique et les troubles du sommeil" Marcel Guité et Agathe Drouin Bégin (Editions MultiMondes) vendu dans notre page Littérature.

 

Système endocrinien : thyroïde (inflammation de la glande thyroïde), fatigue généralisée, frilosité, perte ou diminution de l'appétit, hypoglycémie (insuffisance du taux de glucose dans le sang), peau sèche (démangeaisons), syndrome de Sjögren (diminution de la sécrétion des glandes lacrymales, salivaires, trachéales, digestives et vaginales).


Système cardiovasculaire : palpitations, maladie de Raynaud, tachycardie (rythme cardiaque accéléré), chute de pression.


Système respiratoire : troubles respiratoires, ronflements, allergies, toux.


Système digestif : bouche sèche, dysphagie (mal de gorge, boule dans la gorge, difficulté à avaler), dyspepsie (troubles digestifs), intestin irritable (constipation, diarrhée, crampes), reflux gastro-oesophagien (brûlures à l'estomac, hyperacidité).


Système nerveux : douleur sciatique, perte de cognition (perte de mémoire à court terme, trouble de concentration), maux de tête (céphalées, migraines), paresthésie (engourdissment, fourmillement, picotement, sensation de brûlure ou de gonflement subjectif), anxiété (dépression), hypersensibilité (bruits, lumière, froid, odeurs, produits toxiques, fumée), troubles du sommeil, troubles de la vision, troubles de l'équilibre (étourdissements, nausées).


Système musculo-squelettique : douleurs musculaires, faiblesse musculaire, raideurs matinales, dysfonction temporo-mandibulaire (difficulté à ouvrir ou à fermer la bouche), crampes (spasmes musculaires), syndrome du canal carpien (tendance à laisser échapper les objets).


Système génito-urinaire : troubles menstruels, vessie irritable, cystite (inflammation de la vessie).


Il est néanmoins important de vérifier que tous ces symptômes, aggravés par le stress, les émotions, un manque ou un excès d'activité physique, un travail trop contraignant ou trop pénible, sont peut-être les signes d'autres maladies, impliquant de consulter un médecin sans retard.


 

Qui atteint-elle ?

 

La fibromyalgie est une affection courante, aussi répandue que les rhumatismes articulaires et pouvant être plus douloureuse encore.

80-90% des personnes atteintes sont des femmes, les hommes étant moins souvent touchés.

Bien que le syndrome concerne des patients de plus en plus jeunes (avant l'âge de 30 ans), il affecte très rarement les enfants.

La fibromyalgie touche 2 à 4% des populations des pays industrialisés et 2% de la population mondiale.

 


 

Fibromyalgie

 

Mal partout, mal tout le temps !

Connue autrefois sous les noms de fibrosite ou de polyinsertionite, le syndrome est communément appelé fibromyalgie et provient des termes "fibro" pour les tendons et les ligaments, "my(o)" pour les muscles et "algie" pour la douleur.

La fibromyalgie est un syndrome caractérisé par une sensation de douleur générale diffuse et un sentiment de fatigue profonde. C'est un rhumatisme abarticulaire pénible à supporter, qui peut, dans certains cas, devenir invalidant.

La douleur est ressentie comme une sensation de brûlure de la tête aux pieds. Aiguë à certains moments, elle peut passer d'un endroit à l'autre et devenir plus intense dans les parties du corps les plus utilisées. Elle peut être suffisamment forte pour entraver une activité professionnelle et les tâches quotidiennes ou n'être qu'un léger inconfort, selon les personnes atteintes. Elle peut aussi avoir des phases de rémission.

La fatigue varie d'un sentiment de lassitude à un épuisement total, semblable aux effets d'une grosse grippe. Elle est intermittente aussi. Parfois, les personnes atteintes se sentent vidées de toute énergie; elles ont momentanément complètement perdu leurs forces.

Le sommeil perturbé aggrave ou provoque les symptômes cités ci-dessus.

 

Auteur : sources diverses.